Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais…  J

 

Dans le contexte de notre envie d’être propriétaire, qui cache le besoin de contrôler, de ne pas laisser s’échapper notre bonheur présent, bon nombre d’entre nous éprouvent le besoin de photographier et filmer tout ce qui constitue leur vie.

 

D’une certaine manière il s’agir d’un moyen de s’approprier  la beauté du moment présent. Paradoxalement toutefois, le fait de photographier le bonheur casse parfois le charme.

 

D’une manière plus ou moins consciente, nous voulons cristalliser à la fois notre identité et le présent. Deux choses impossibles.

 

D’ailleurs, combien de fois regardons nous donc nos photos ensuite. (Quant au vidéo, nous les passons généralement encore moins souvent !).

 

Tout au plus, ces photos engendrent une mélancolie du passé.

 

Il s’agit d’un bon exemple car il démontre la manière dont nous concevons le moment présent…  lorsque nous prenons une photo, notre esprit est tourné vers l’avenir, nous anticipons le plaisir de voir la photo au lieu de jouir à 100% de la beauté du présent. Les théories de l’identification et de l’illusion temporaire nous démontre que la vie se déguste au présent, nul besoin alors de s’encombrer de souvenir !

 

Nous écrivions en 1984 déjà « Nous profitons mieux de la vie si notre but est simplement d'en jouir sans vouloir absolument posséder les biens et les personnes que nous côtoyons. »

 

J’écris tous cela, mais pourtant la photo et la vidéo me passionne……  mais je me soigne  J

 

 

retour à la page précédente